Embarquer avec un ostréiculteur

Pas de bonnes huîtres sans un travail quotidien et exigeant. Durant quelques heures, trois ostréiculteurs lèvent l’ancre avec à leur bord des amateurs, pour transmettre un savoir-faire qui fait l’identité du Bassin d’Arcachon.

 

Bien plus qu’une balade, un véritable apprentissage.

Devant leur cabane verte, jaune ou bleue, Eric, Maïron et Laurent attendent les apprentis du jour.

Vous embarquez sur le chaland, pour prendre de la vitesse et rejoindre les parcs à huîtres. Sentez-vous l’air frais du bassin sur votre visage.

Le temps vient de se mettre au travail.

Sautez du bateau pour aider l’ostréiculteur à retourner les poches de coquillages encore trop jeunes.

Les mains sentent l’iode et se raidissent au contact de l’eau froide.

Les huîtres arrivées à maturité, elles, sont chargées sur le bateau.

Une note de convivialité, bienvenue sur le Bassin d’Arcachon

Après plusieurs heures de travail, il est temps de déguster le fruit de tous vos efforts.

L’ostréiculteur est aussi un amoureux de son Bassin d’Arcachon, dont il parle toujours avec émotion. C’est avec beaucoup de plaisir, qu’il arrête son chalant près des villages ostréicoles incontournables de l’Herbe et du Canon. Il ouvre quelques huîtres pour les partager avec vous.

Certains disent qu’une bouteille de vin blanc est débouchée. Certainement un vin blanc sec aux arômes fruités.

Avec pour toile de fond les rivages du Bassin d’Arcachon, chacun parle de sa vie, à Arès et ailleurs, de son métier, de ce qu’il apprécie ici, qu’il soit habitant ou simple vacancier de passage.

ZOOM – L’ostréiculture, un métier passionnant

Eric, Maïron et Laurent sont ostréiculteurs sur le Port Ostréicole d’Arès.

Toute l’année, ils travaillent au rythme des marées pour proposer des huîtres de qualité. A l’arrivée des beaux jours, tous les 3 embarquent avec eux quelques passagers privilégiés.

Souvent des groupes d’amis qui passent presque 5 heures à découvrir ce métier insolite. La marée fait totalement partie du métier. C’est elle qui impose le temps passé sur l’eau et sur les parcs. Parfois, il faut se lever tôt pour attraper la pleine mer.

A d’autres moments, la pluie s’invite dans la rencontre.

Mais c’est ça le métier d’ostréiculteur, un métier exigeant.